Note Conceptuelle : Résilience citoyenne pour l’Alternance politique au Togo

  1. Contexte :

L’engagement des Togolais pour le changement démocratique a été constant depuis 1990. Cependant, la lutte a connu beaucoup de péripéties et la situation n’a pas véritablement changé aussi bien sur le plan des normes, des institutions et des pratiques politiques des tenants du pouvoir (intimidations et harcèlements des opposants politiques, journalistes indépendants et autres acteurs de la société civile, confiscation des canaux de communication, etc.). Le Togo est le seul pays en Afrique de l’Ouest à n’avoir pas connu d’alternance véritable depuis 50 ans. Il reste sous le contrôle d’une famille et d’une armée tribale.

Les organisations en lutte pour le changement : partis politiques, société civile et diaspora n’ont guère trouvé les mécanismes les plus adaptés pour forcer le régime du RPT/UNIR à se plier aux attentes et aspirations de la population.

Dans l'ordre des actions envisagées par l'opposition pour forcer le régime à opérer les réformes inscrites dans l'APG, et avec la marche du 03 août 2017 organisée par CAP 2015 et celles synchronisées du 19 août organisées par le PNP à Lomé, Sokodé, Kara et d'autres villes de l'intérieur du pays, les populations meurtries et assoiffées de démocratie ont démontré leur capacité à rompre avec la peur pour affronter le système en place. La dynamique qui a été créée se poursuit et a rallié plusieurs partis politiques, des organisations de la société civile et de la diaspora. Une nouvelle espérance pour le changement et l’alternance est née !

Les nouvelles opportunités qui apparaissent ne sont pas si différentes de celles qui avaient émergé entre 1991 et 1993, quand le peuple du Togo avait compris qu’il avait son destin en main, pour passer du régime de parti-Etat au multipartisme et  à la démocratie. Mais les moyens d’action à la disposition du peuple sont différents.

Plusieurs facteurs endogènes ont contribué à l’échec des initiatives de libération et d’alternance politique. Il s’agit entre autres de :

  • la faible implication / solidarité de la diaspora à l'égard des forces du changement engagées sur le terrain;
  • la mauvaise coordination des acteurs de terrain et ceux de la diaspora;
  • le manque de matériels de communications quand les autorités coupent les accès pour priver les forces du changement de moyens d’information et de ralliement, etc…

Les réactions que nous avons notées ces derniers temps montrent que le pouvoir n’est pas prêt à s’incliner. Il ne fera pas de réformes qui aillent dans le sens des desiderata du peuple. Il tentera encore de ruser avec quelques politiques comparses pour gagner du temps. Au pire, les changements dans la constitution permettront aux héritiers d’Eyadema de préserver tous leurs privilèges et espérer demeurer à la tête de notre pays. La coupure de l’Internet, la chasse aux journalistes indépendants et  ceux de la presse étrangère et les menaces contre la sécurité des leaders de l’opposition en sont les signes palpables.

Face à cette situation, il y a lieu de réorganiser la lutte politique. Adopter de nouvelles méthodes axées sur une stratégie gagnante. C’est pour marquer ce pas qualitatif que des Togolaises et Togolais, établis au pays ou résidant à l’étranger, ont pris sur eux de lancer le Projet ‘’Résilience Citoyenne’’.

L’initiative s’inscrit dans un plan de conquête du pouvoir d’Etat au Togo. La séquence objet du présent projet a une durée de 15 mois.

  1. Objectifs du projet :

Objectif global : Faire triompher au Togo l’aspiration populaire à l’alternance politique et à la démocratie.

Objectifs spécifiques :

  • Développer une solidarité mondiale autour du changement politique au Togo,
  • Fournir des outils et des moyens aux forces engagées sur le terrain,
  • Apporter de l’appui-conseil aux responsables politiques et sociaux,
  • Protéger les acteurs engagés dans la lutte,
  • Préparer les forces démocratiques à l’exercice du pouvoir d’Etat.
  1. Activités

Les activités du projet procèdent des axes d’intervention multiformes identifiés sur le terrain et auprès des organismes impliqués dans la dynamique. Le tableau ci-dessous résume les initiatives[1] prioritaires à court terme[2].

  Composante Activités Coût estimatif
1 Actions de solidarité autour du changement          i.            Organiser des pôles de soutien dans à l’international

ii.            Mobiliser 100.000 Togolais de l’étranger

iii.            Initier des actions récurrentes à l’étranger sur le Togo

iv.            Organisation d’ateliers citoyens à travers le pays.

$67,000
2 Soutien matériel et technique aux acteurs         I.            Matériel de communication sécurisés

II.            Crédit de communication

III.            Dotations en carburant/crédit transport

IV.            Soutien aux groupes de vigilance

V.            Abonnements VSAT pour responsables politiques et communicateurs

VI.            Téléphone satellitaire pour les coordonnateurs de terrain.

VII.            Centres de ressources sur la résilience citoyenne[3].

$75,000
3 Appui-conseil          i.            Appui au cadre de concertation des partis et mouvements politiques

ii.            Soutien à la mobilisation des mouvements citoyens et organisations sociales

iii.            Rencontres leaders politiques et délégués de la diaspora.

iv.            Missions auprès des pays amis (Afrique et monde).

$48,000
4 Protection des acteurs et sécurité         I.            Appui au service d’ordre des manifestations publiques

II.            Actions renseignement

III.            Dispositif exfiltration et prise en charge

IV.            Soutien aux blessés et aux personnes arrêtées.

$95,000
5 Renforcement des capacités des politiques          i.            Etude sur les priorités et attentes des citoyens

ii.            Atelier pour l’élaboration d’un projet de société

iii.            Elaboration Stratégie électorale concertée

iv.            Documentation aux acteurs associés.

$65,000
  1. Résultats attendus

L’issue de la mise en œuvre de ce projet dans ces diverses composantes permettra d’atteindre une série de résultats, dans le sens de la transformation du dispositif institutionnel pour l’alternance démocratique au Togo. Les performances suivantes seront réalisées :

  • 100 mille Togolais vivant à l’étranger ont pris part aux actions concertées pour l’alternance politique et contribuent matériellement et financièrement aux actions entreprises;
  • 500 mille Togolais des deux sexes ont pris part aux ateliers citoyens tenus dans toutes préfectures et se sont engagés dans les actions pour l’alternance ;
  • 200 groupes d’appui et de soutien sont impliqués dans toutes les phases de conception et d’opérationnalisation des initiatives citoyennes;
  • La communauté internationale est sensibilisée sur la situation et a pris position pour les acteurs de changement ;
  • Des équipements et matériels adaptés de communication sont mis à la disposition des acteurs engagés sur le terrain ;
  • Un cadre permanent de concertation est adopté et mis en œuvre entre les acteurs engagés ;
  • Les responsables politiques du pays et les leaders de la diaspora ont harmonisé leurs stratégies et travaillent effacement;
  • Un système performant de protection est fonctionnel;
  • L’opposition politique bénéficie d’un service de renseignement et de sécurité approprié ;
  • L’opposition politique adopte un projet de société intégré pour la démocratie et le développement national ;
  • Une stratégie électorale concertée est adoptée et mise en œuvre par les acteurs associés ;
  • Les conditions sont réunies pour l’alternance politique.
  1. Financement

Un plan de financement est conçu pour assurer la mobilisation des ressources pour la mise en œuvre du projet Résilience Citoyenne. En voici les lignes directrices :

  • Un besoin global de $ 350,000 (trois cent cinquante mille dollars américains),
  • Une contribution attendue de 30% des citoyens togolais (20% de la diaspora, 10% des citoyens au pays),
  • Une contribution de 70% mobilisables auprès des organismes spécialisés[4].
  1. Management, suivi et évaluation

Gestion du projet

Le projet Résilience citoyenne sera implémenté sous la direction d’un Conseil d’Administration, structure de coordination. Un Comité de pilotage sera mis en place constitué d’hommes et de femmes connus pour leur intégrité et leur engagement pour la patrie.

  • Le Conseil d’Administration sera composée de 50 personnalités cooptées au sein des organisations togolaises impliquées dans le projet ;
  • Un Comité de pilotage avec à sa tête un Coordonnateur Général sera chargé de la mise en œuvre des activités. Il produira un rapport mensuel à l’intention du CA.
  • Deux experts-comptables (un Togolais et un étranger) seront contractés pour assurer le contrôle de la gestion.

Suivi et évaluation

Un système de suivi et évaluation sera élaboré (lors de la phase de démarrage) pour faciliter le suivi des performances du projet. Une évaluation de base, une évaluation à mi-parcours et une évaluation ante seront réalisés pour renseigner chaque étape du projet et les résultats atteints.

[1] Chaque action référencée dans ce document fait l’objet d’une déclinaison complète séparée.

[2] La durée des interventions est estimée à 15 mois.

[3] 4 centres de ressources seront installés au pays et dans les pays voisins.

[4] Engagement ferme obtenu pour 50% du financement recherché.

Appel à contribution